16.5.12

J'aimerais tant voir Syracuse, L'île de Pâques et...


... Kairouan.

La ville très basse semble écrasée par le ciel et sa terrible lumière de midi aveugle celui qui s'obstine au dehors.
Il fait une chaleur brutale qui surprend et accable.
La cité semble peu à peu désertée par ses habitants.


A la terrasse du café Sabra les clients disparaissent au fur et à mesure que la zone d'ombre d'amenuise.
Ils reviendront ce soir.

Pour travailler il faudra être très très matinal, c'est certain.




1 commentaire:

  1. Bonjour Flore, j'éspere que la dérive vers le sud te portera finalement un peu d'inspiration et te permettra de découvrir une réalité plus intime et plus en phase avec ton esprit nomade à la recherche d'un monde que le temps semble avoir caché ..un gros bisou à tous les deux. Ciao Roberto

    RépondreSupprimer