9.5.14

Bangkok - Rome via Marrakech

Durant des années qui vont ont parues interminables, le temps entre deux voyages était toujours trop long pour vous ; sitôt arrivé vous repreniez un billet pour n’importe où mais ailleurs et vous viviez vos journées dans l’impatience du prochain départ.
Et puis sont venus les jours où faire et défaire les bagages s’enchainait de plus en plus vite.
Vous n’aviez plus jamais à chercher votre passeport en farfouillant dans les tiroirs du secrétaire, il trainait le plus souvent sur la table basse avec un mélange de monnaies étrangères, votre valise - elle sentait les épices et le musc - ne restait ouverte au milieu du salon que le temps nécessaire à laver le linge qu’elle avait contenu.
C'était des tissus légers pour pays chauds.
Et les heures que vous dormiez dans votre lit n’étaient guère plus nombreuses que celles où vous reposiez dans un lieu inconnu.

Vous n’attendiez plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire