1.6.13

Lectures de Portfolios au Percolateur

J'étais vendredi à Marseille, invitée par Marco Barbon à faire des lectures de portfolios au Percolateur.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, "une lecture de portfolio" signifie groso modo qu'un photographe plus ou moins avancé dans sa pratique a un rendez-vous avec une ou plusieurs personnes afin de leur montrer son travail, d'avoir leur avis et d'en recevoir des conseils.
Ceux qui regardent sont appelés  experts ou lecteurs. Il peut y en avoir un ou plusieurs à la fois.
La durée de l'entretien est traditionnellement de 20 mn dans le cadre de manifestations publiques comme les Rencontres d'Arles par exemple mais le reste du temps elle peut varier jusqu'à 1h ou plus.

L'Oeil de l'Esprit participe régulièrement  - et cet été encore - aux lectures organisées par Voies Off en Arles et durant l'année, je vois des dossiers à Paris en tant que responsable pédagogique.
Comme je l'ai déjà écrit parfois ici, c'est un exercice que j'aime vraiment beaucoup ; non seulement parce qu'il permet de voir des travaux et des types de photographie variés mais autant parce qu'il m'incite à la réflexion sur des points multiples qui sont après tout au centre de ma vie.

Qu'est ce qu'une bonne photographie ?
A quoi peut-on la reconnaitre ?
Un bon cadre, une bonne lumière, une bonne technique suffisent ils à faire une bonne photo ?
Si non, qu'est ce qui fait la différence ?
Une bonne photographie est-elle forcément de l'art ?
Et  d'ailleurs qu'est ce que l'art ?
Suis-je d'accord en ce point avec Heidegger pour qui
l'œuvre d'art est une puissance qui ouvre et installe un monde ?
Quelle(s) différence(s) entre un auteur et un artiste ?
Où se tient la photographie de reportage dans tout ça ?
Et celle de documentaire ?
Quelle place sont-elles en train de prendre dans le paysage (entendre  marché) ?
Et pour quelles raisons ?
Comment transmet-on certaines réflexions en un cours laps de temps ?
Quelle est la part de psychologie nécessaire à une bonne transmission ?
Et j'en passe.

J'ai l'habitude des lectures one to one et de celles où plusieurs lecteurs regardent en même temps un dossier mais au Percolateur vendredi Marco Barbon avait choisi une formule différente et chaque photographe voyait tour à tour les trois experts durant 45 mn.
Autant dire que c'était intense pour tout le monde !

Pour ma part, quand j'étais la dernière à voir un dossier, je ne pouvais pas éviter de penser à ce que mes deux respectés confrères, Emmanuelle Hascoet et Marco lui-même, avaient bien pu dire avant moi.

On a beau faire, le nom mythique de Magnum étend ses vastes ailes au dessus de nous. 

C'était vraiment enrichissant parce qu'ensuite, durant les deux jours suivants, nous n'avons pas cessé d'échanger nos réflexions et de partager nos ressentis ; chacun apportant sa personnalité, ses qualités et son expérience.

J'adore l'idée d'avoir un art, un métier, une vie, qui permettent une évolution et une remise en question perpétuelle.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire