19.11.12

Exposition Marie Rameau et Nofound

Il n'aura échappé à personne, j'imagine, que ce week-end était le cœur palpitant d'un mois de novembre consacré à la photographie.
Il y aura eu les héros, ceux qui auront fait Paris-Photo, Photo Off, Offprint, Nofound  - en oublie-je ? -  regardant toutes les images de tous les stands et les autres, dont je suis, qui auront choisi sous peine de risquer l'indigestion.
Les écrits, des plus brillants aux plus mal écrits, foisonnant sur le sujet, par humilité autant que par manque de temps, je vais essayer de faire court.

J'ai commencé mon marathon personnel ce samedi après-midi par une visite amicale à l'exposition* de ma talentueuse consoeur Marie Rameau.
Certains se souviendront peut-être que j'ai acquis l'an dernier une de ses oeuvres exquises et depuis j'avais le grand désir et la curiosité de la rencontrer et de connaitre mieux son travail.
180 tirages étant exposés à la Point Rouge Gallery, je crois pouvoir dire maintenant que c'est chose faite !


Il y a, je trouve, un charme supplémentaire à découvrir que l'artiste ressemble à son œuvre.
C'est le cas de Marie Rameau, elle est, comme ses images, d'une grâce vive à peine teintée de mélancolie qui la rend aimable dès le premier abord et donne envie d'en connaitre davantage.



Les photographies présentées étaient dans la lignée de celle que je possède déjà, très cohérentes entre elles autant par le fond que dans la forme et j'ai dû vraiment me dominer pour ne pas en acheter une poignée supplémentaire.
Légers bémols, à mon avis, quelques redites évitées par un editing plus serré auraient données plus de valeur artistique à l'ensemble et je n'ai pas compris ce qui justifiait le choix des deux seuls portraits serrés.
Par contre, j'ai trouvé très judicieux l'accrochage en "nuage" qui mettait parfaitement en valeur des tirages rendus fragiles par leur taille minuscule et donnait beaucoup de poésie à l'ensemble.


A l'étage, j'ai particulièrement apprécié l'installation sous cloche qui a pour titre Lettres à Jean si je me souviens bien.

A découvrir absolument si l'on est sensible aux choses délicates, comme dirait Sei Shonagon, et à cette forme rare qu'est la photographie sur verre.




Ensuite, il est tard déjà et nous filons à Nofound  - vous savez bien cette foire branchée sise dans un garage - plutôt qu'à Photo Off, un parce que je n'y suis pas allée l'an dernier, monopolisée que j'étais par ma propre présence à Fotofever, et deux parce que je tiens à aller saluer les membres de Wada-Garou, ma galerie de Tokyo, et voir quels sont les artistes qu'ils ont amenés.

Visite assez rapide donc dans ce qui me semble, sur le moment, être une alternative rafraichissante à l'establishment incarné par Paris-Photo.

Les stands et les accrochages à la va-comme-je-te-pousse doivent me rappeler le modeste underground de ma jeunesse, j'imagine.


© Gregor Beltzig
courtesy Galerie Binôme
Deux jours plus tard les seules choses dont je me souviennent clairement sont les petites boites de Gregor Beltzig à la Galerie Binôme *si troublantes, si touchantes qu'il est bien difficile d'en choisir une.

© Gregor Beltzig 
courtesy Galerie Binôme














                                                                       

Celle-ci m'a beaucoup fait rêver par sa délicate cohérence. 


* Paysages silencieux                                                                                
Photographies de Marie Rameau                                                             
Point Rouge Gallery                                                                                                       
4, rue Dahomey                                                                                                       
75011 Paris                                                                                                                          
Exposition jusqu'au 24 novembre 2012            
Du mercredi au samedi de 14h à 19h       
 * Les boites des sentiments
  Réalisations de Gregor Belzig
 Galerie Binôme
   4, rue Charlemagne
  75004 Paris
                                     Exposition jusqu'au 26 janvier 2013
     Mardi-mercredi de 13h à 19h / Jeudi-samedi de 13h à 19h

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire