4.6.12

Ingrid Milhaud lauréate la 49eme Foire à la Photo de Bièvres

Pour reprendre les termes de mon billet précédent - mais comment faire autrement ? - je suis heureuse de vous annoncer que mon élève Ingrid Milhaud a remporté hier le Prix du Paysage - " Paysage Intérieur", nous explique le Jury - de la 49eme Foire Internationale à la Photo de Bièvres pour sa première série

L'été avant l'orage

© Ingrid Milhaud


Cette légitime distinction récompense une année de recherche et de travail acharné.

Nous avons soigneusement protégé les images jusqu'à hier afin d'en garder la primeur pour le jour de l'accrochage mais aujourd’hui je vous invite chaleureusement à en découvrir une part sur le site d'Ingrid Milhaud même si c'est exactement le genre de photographie qui gagne infiniment à être vue "en vrai".

© Ingrid Milhaud


Je vous livre également ci-dessous les quelques lignes d'introduction que j'ai écrite pour l'occasion.

"Un jeune couple avec ses enfants, la légèreté, la gaité innocente d'une famille avant qu'elle ne soit dévastée par un drame.
Comment ressusciter ces souvenirs heureux d'un dernier été avant l'orage ?

Pour sa première série, Ingrid Milhaud, prend courageusement à bras le corps la problématique fondamentale de la restitution de ce qui a été, de ce dont on se souvient, de ce que l'on croit avoir été.
Autant dire, un des pans les plus complexes de la photographie.
Elle a choisi, pour ce faire, un parti pris radical d'écriture ; des images si claires qu'on les croirait délavées par le soleil, pâles comme ces souvenirs d'enfance à moitié effacés et qu'on peine à retenir encore un peu.
L'impression ressentie est encore renforcée par le format des tirages, si petits qu'ils peuvent facilement être apparentés à ceux contenus par nos albums de famille.
Par ces deux choix mis au service de sujets si simples qu'un spectateur pourrait tout d'abord les croire anodins, la photographe nous laisse apercevoir en transparence, pour peu pour qu'on y prête attention, une petite fille surgie du passé et le regard émerveillé qu'elle posait sur son monde encore intact."

La reconnaissance d'un jury, les nombreux compliments du public, les prises de contact par de multiples professionnels et les ventes sont autant de signes encourageants pour l'avenir de ce jeune talent émergeant.

© Ingrid Milhaud


Vue de ma fenêtre :
Ces quatre dernières années, dans le cadre de l'atelier de L'Oeil de l'Esprit, j'ai personnellement aidé à la réalisation et soutenu les travaux de trois élèves présentées à Bièvres (Anamnèse pour Isabelle Levistre - qui utilise actuellement le nom que je lui avais trouvé "Isabelle L." - Noir d'Ivoire pour Sarah Valente et aujourd'hui L'été avant l'orage pour Ingrid Milhaud) et ces trois élèves se sont vues récompensées.

Bièvres n'étant évidement pas Arles, tout restant relatif etc. et en rendant à chacune la part de talent et d"efforts qui lui est due, en tant que pédagogue, je me réjouis particulièrement de ces résultats encourageants qui, malgré les déceptions inhérentes à l'enseignement et la fatigue de cette fin de saison, me font entrevoir l'année à venir avec un enthousiasme renouvelé.

2 commentaires:

  1. C'est toujours délicat en effet de se lancer dans ce genre de projet, au delà de l'énergie et de la motivation nécessaires pour transcender ce qui habite le photographe au point d'en faire une série imagée fidèle à ses attentes, se confronter au regard d'un jury est un challenge supplémentaire (sans parler d'affronter les trombes d'eau du petite matin ;) ). Jolie récompense pour Ingrid et pour toi, pour un joli travail d'équipe en somme.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer