23.5.12

Quelques notes de voyage

La Médina d'Hammamet                                                                                                                               Photo : A
Je  profite de ce qu'un vent taquin fait tournoyer les transats et les parasols en une folle sarabande au dessus de la piscine pour vous livrer, une fois n'est pas coutume, un billet touristique.
Le Routard ne nous a pas donné de grandes satisfactions durant ce voyage et, pour ma part, j'attends avec impatience le Guide Vuitton Tunis.
J'imagine que le contact avec un pays dépend de beaucoup de choses y compris de la saison choisie et des endroits qu'on a connu avant.

Pour commencer par le positif, je dirai que nous avons eu un temps superbe dans l'ensemble et, comme il y a encore peu de monde, que mai me semble plutôt favorable pour prendre ici quelques vacances même si, pour moi, la lumière est presque toujours trop brutale ; le parti pris d'architecture blanche aggravant encore les choses.
Il faut le dire, en particulier à Tunis, la population est remarquablement aimable, attentive et courtoise.
les souks sont parmi les plus faciles que nous ayons arpentés, les taxis ont un compteur et si l'on ajoute que la nourriture est clémente pour nos fragiles estomacs, ça en fait le pays le plus facile à vivre de notre périple oriental.
Pour ma part, c'est celui que je conseillerais en premier si l'on me demandait mon avis, pour les raisons évoquées ci dessus et pour une autre encore qui est, qu'on me pardonne, qu'il n'y a pas grand-chose à voir ici qu'on ne pourrait voir ailleurs en mieux.
Voir la Mosquée de Tunis après la Mosquée Bleue d'Istanbul, c'est comme lire "L'éternel mari" après "L'idiot" de Dostoïevski, comme commencer l’œuvre d'Henry James par "Les ailes de la colombe", ayant eu le meilleur, on ne peut qu'être légèrement déçu ensuite.
A mon avis donc, mieux vaudra voir Carthage avant Éphèse et la médina miniature d'Hammamet avant Essaouira.
Aucun souk ici ne peut prétendre rivaliser avec Khân el Khalili ni par la taille ni par la diversité du contenu.
D'ailleurs, à propos de contenu, il n'y avait pour ainsi dire rien dans les souks où nous sommes passés, ni pour acheter, encore moins pour rêver.
A Tunis n'en parlons pas ; j'ai vu assez de petits chameaux en plastique rembourré et de palmiers peints sur des tablas pour avoir une idée claire du monde dans lequel on vit.
A Hammamet, si, par malchance, vous ratez les deux boutiques excentrées qui font un peu de qualité*, autant vous crever les yeux avant d'acheter.
Comme je ne pouvais pas croire à tant de laideur répétée et qu'on nous rabat les oreilles avec les poteries de Nabeul et qu'on espère toujours que ce pourrait être mieux ailleurs, nous avons fait le voyage.
Croyez-moi, épargnez vous la fatigue - et la déception - c'est tout pareil là-bas, il n'y a ni miracle, ni perle rare.
De la djellaba clinquante et de la poterie bâclée ad nauseum.
La moitié vient de Chine mais ça vous aviez compris.

Pour finir gentiment, un tuyau.
A Kairouan, dans une petite rue face à la Mosquée de Trois Porte, la minuscule échoppe d'un vieux tisserand.
Cet homme discret et charmant fait quelques couvres-lit très simples en coton blanc naturel et de belles couvertures en laine, le tout orné du motif traditionnel noir et indigo.
Ce n'est pas une boutique mais si vous demandez gentiment, il vous cèdera une pièce ou deux pour un prix extrêmement honnête.
Rien de tape à l’œil et, non, vous ne pouvez pas avoir le même en rose mais au moins quand vous faites votre lit, vous revoyez cet homme, son sourire adorable, le métier à tisser dans l'ombre fraîche et ses mains qui faisaient glisser la navette.
Et puis, au moins, votre argent, il va à qui de droit, à celui qui a fait le travail.

Voilà, c'était juste mon avis.

On est encore à Hammamet demain, si quelqu'un a un tuyau pour nous qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !

* La maison de Sara / Atelier de la nature

2 commentaires:

  1. Ces petits clichés couleurs sont charmant soit dit en passant...
    Bon retour à Paris la grise !

    RépondreSupprimer
  2. toujours autant de plaisir à vous lire !
    et les photos sont d'une grande douceur je trouve, même si on sent votre ton un peu dur parfois, j'aime beaucoup de contraste.
    bon retour
    (il y a ici un rayon de soleil bien agréable !)

    RépondreSupprimer