10.5.12

Jour J Paris- Tunis

A peine deux heures de vol entre Paris et Tunis.

Place numérotées et déjeuner au dessus de la mer, de l'avantage des compagnies régulières sur les low coast.
Nous apprécions.

A l'arrivée, ce dont nous avons tant rêvé dans la grisaille parisienne, température idéale et brise légère.

Ville basse qui laisse partout admirer son ciel, Tunis me plait bien d'emblée et m'étonne par son côté kaléidoscope secoué. Ses maisons, ses places, son tramway, tout semble ici avoir été jeté en l'air et être retombé avec grâce quoique dans un désordre complet.

Dans un même temps, pourquoi le nier, je me sens sur le qui-vive comme un chat, attentive à l'air du temps, à l'attitude de ceux que nous croisons.
Une population très jeune, les hommes en jean, la moitié des filles en robe, les cheveux libres, quelques capelines ici et là, pas une once d'hostilité chez ceux à qui nous demandons notre chemin ni de tension apparente ; n'était l'état de l'architecture, à l'ombre des platanes, nous pourrions presque être dans une ville du sud de la France, rendue grouillante par la saison estivale.

A. nous loge à l'Hôtel de Russie.
N'est-ce pas prometteur ?!


1 commentaire:

  1. C'est donc parti pour un nouveau carnet de voyage tout en couleurs, chouette, à défaut de traîner à l'Hôtel de Russie, je risque de traîner un peu sur le blog.

    RépondreSupprimer