27.2.13

Van Dyke pour Vanités

Comme nos deux derniers stages consacrés à une initiation du tirage cyanotype, les deux nouveaux stages de Van Dyke organisés par l'Oeil de l'Esprit auront été complets à peine proposés au public ; nouvelle réjouissante à la fois comme reconnaissance de notre enseignement et pour ce que ça montre de l'engouement d'une certaine frange de la population  pour les techniques anciennes.

Naturellement, une majorité des stagiaires pratique la photographie, argentique ou numérique, mais pas que et se joignent dernièrement à nous des personnes pour qui la photographie n'est pas une passion ni même un loisir mais qui sont plutôt tournés vers les arts plastiques.

On aurait tort de croire que les résultats de ces nouveaux venus parmi nous sont moins bons que ceux des stagiaires qui ont fait de la photographie leur mode d'expression car loin s'en faut - peut-être, croyant avoir plus à prouver, travaillent-ils davantage.

Les stages de Van Dyke des 7 et 14 avril auront pour thème les Vanités - à entendre dans le sens pictural du terme - et, pour faciliter la vie des stagiaires, L'Oeil de l'Esprit a fait l'acquisition d'un crâne ravissant qui circule déjà de mains en mains ; ainsi, à la fin du stage, non seulement chacun aura acquis les connaissances de base suffisantes pour pratiquer une nouvelle technique mais aura également pu améliorer sa prise de vue et sa créativité en se livrant au jeu de ce petit exercice imposé.

De notre côté, nous restons fidèles à l'une des préoccupations majeures de l'atelier, enseigner le fond et la forme, la technique et l'artistique simultanément, sans les séparer, sans que l'une soit au détriment au détriment de l'autre.

Comme les fois précédentes, je montrerai les résultats ici-même après chacun des stages.

A venir, en octobre, la gomme bichromatée

26.2.13

La Mongolie vue de ma fenêtre

* * *
Dimanche au Musée Albert Khan, une pensée toute particulière pour Delphine Amoros - mon élève - qui l'été dernier traversait seule la Mongolie et ramenait quelques bien jolies images dont voici un extrait :

© Delphine Amoros 2012


© Delphine Amoros 2012







ma préférée:
chat mongol alangui

© Delphine Amoros 2012

25.2.13

La Mongolie au Musée Albert Khan

Hier dimanche, tant qu'à affronter encore une rude journée de froid, nous allons au Musée Albert Khan voir les autochromes sur la Mongolie.   ***
Je craque pour ce petit musée qui montre souvent des vitrines remplies d'objets délicieux comme la valise conçue par Louis Vuitton pour les autochromistes - est-ce ainsi qu'on dit ? - avec, en plus des fioles et des alvéoles pour ranger les plaques de verre, le kit pique-nique, ses assiettes et sa gamelle en alu.
La sophistication d'un autre temps, avant que Vuitton ne soit presque totalement réduit à un sigle publicitaire, légèrement vulgaire, au bras des japonaises et des parvenues.

Bref, revenons-en à notre cher Albert et à la Mongolie.


72 autochromes  - des reproductions numériques rétro-éclairées, hein, il ne faut pas exagérer non plus, l'autochrome c'est fragile et d'ailleurs c'était destiné à être projeté - prises par Stéphane Passet lors de deux voyages entre 1912 et 1913, quand voyager et photographier avait un autre sens en termes de temps, de matériel, de confort et de prises de risque, hein, ce n'était pas Martine au Club Med avec son compact numérique ; il suffit pour s'en convaincre de voir les deux seules photographies de l'expédition qui nous sont parvenues, une du campement, l'autre de la carriole ( ?) qui servait de moyen de transport.

L'exposition est complétée par le visionnage jubilatoire d'un film d'actualité réalisé lors de la Croisière Jaune dans les années 30 - un autre sens apporté au mot voyage.

Un bien agréable moment dépaysant et photographique dans un endroit  tiède .
En prime, profitant des jardins, je finis le film test du boitier de Prague.


12 poses à peine, heureusement car il fait un froid de loup.



La Mongolie entre deux ères / 1912-1913
   Musée Albert Khan
  10-14, rue du Port 92100 Boulogne-Billancourt 
  exposition jusqu"au 21 mars 2013
 du mardi au dimanche de 11h à 18h

23.2.13

Prague - bis repetita placent


Samedi prochain, A. et moi, nous serons à Prague.
Rituellement, nous faisons une escapade hors de France à l'occasion de son anniversaire.

Il ne s'agit pas du tout d'un de ces voyages que je consacre à la photographie mais d'une fugue en amoureux...toutefois, n'est-ce pas, il ne m'est pas interdit d'emporter un  petit appareil photo.
Simplement, pas de réveil à l'aube ni de stress.

Notre dernier séjour remonte à cinq ans exactement ; à l'époque, j'avais révisé mon Kafka - que je n'aime pas beaucoup - ses lettres à Milena, puis la bio de Milena etc.
A la fin, j'étais partie avec mon vieux Nikon, j'avais fait une petite série un peu âpre Prague, ton âme mélancolique dont est issue la photo ci-dessous que j'ai retrouvée hier en faisant un peu d'archivage.

Portrait de Franz à Prague - 2008




Cette fois-ci, je pars avec un vieux 6x6 et je prie pour qu'il neige.

Je suis preneuse de tout ce que vous voudrez bien partager avec moi comme adresses et bon plans, que ce soit en photographie, en visite, en shopping, en petits restaurants et autres salons de thé.

22.2.13

Tandis que ça rince...

Une à deux fois par mois en moyenne, je viens camper quelques jours à l'atelier.
Souvent A. m'accompagne.

C'est moyennement confortable au niveau du couchage mais j'aime beaucoup ces petites parenthèses qui rompent mon quotidien parisien et me rappellent l'époque bénie où c'était un lieu que je ne partageais encore avec personne.

Je veux dire avant que ça ne devienne l'Atelier de L'Oeil de l'Esprit.

Je crois que beaucoup seront d'accord avec moi si je dis que le plus difficile pour la création c'est le temps fractionné ; deux heures ici et là dans la semaine ne valent pas une journée, c'est bien connu.

Rien d'aussi précieux donc que quelques journées coupée du monde pour travailler.

Et, en ce moment, j'en ai bien besoin car je prépare l'exposition du Fort Napoléon à la Seyne-sur-Mer.
Le lieu, un ancien fort comme son nom l'indique, est vraiment vaste et pour la première fois ma série Une femme française en Orient sera présentée au public dans sa totalité.

55 photographies. 

© Jean-Christophe Vila*

C'est assez motivant mais, du coup, il y a pas mal de tirages à faire d'ici le mois de mai et j'ai commencé tranquillement pour ne pas tout faire dans l'urgence en m'angoissant au dernier moment.

Par ailleurs, seront exposés les polaroïds originaux de Journées tunisiennes et, exceptionnellement, nous avons choisi de montrer aussi des pièces plus intimes, des planches-contacts, des carnets de notes etc et en faire la sélection occupe déjà une partie de mon temps.

Comme on sait, en argentique, tout est un petit peu long.
Mes séléniums de ce matin ont fini de rincer.
J'y retourne.


Une femme française en Orient
Galerie du Fort Napoléon
83500 La Seyne-sur-Mer
Exposition du 17 mai au 29 juin 2013

*Avec l'aimable autorisation de l'artiste

15.2.13

24 Photography in London - Du talent et du coeur

Comme chaque année à cette époque-ci, un petit billet spécial copinage pour attirer votre attention sur l'exposition londonienne organisée par 24 Photography.

Le thème de cette dixième édition est Signe des temps et le commissaire d'exposition Peter Marlow -  photographe chez Magnum - a retenu la photographie ci-dessous parmi celles proposées par Enrico Vietti, fidèle et talentueux élève de l'Atelier.

Le 28 février, soir du vernissage, l'exposition fera l'objet d'une vente aux enchères au profit de la fameuse organisation caritative internationale pour l'enfance Hope and Homes for Children.

22h Time Parade           © Enrico Vietti


Si vous passez par Londres, je vous invite à aller découvrir l'ensemble des images présentées.

Exposition du 1 au 23 mars 2013
Vernissage jeudi 28 février de 17h à 19h

Berkeley Square, Mayfair, London Nearest tube: Green Park or Bond Street 

9.2.13

Enfin !

Si parfois j'ai trouvé le temps de la photographie argentique un peu lent et celui des pratiques dites anciennes plus lent encore, c'était avant d'être confrontée à celui de l'image qui bouge.

Que ce soit en fiction ou en documentaire, dès que la camera tourne, c'est patience et longueur de temps.

 Je suis donc particulièrement heureuse de pouvoir vous annoncer aujourd'hui la sortie en DVD du film d'Adrian Claret-Pérez  "Lluis Claret - Master Class à l'Abbaye" dont vous avez pu suivre ici-même les premiers pas, de l'appel à souscription à la projection privée en passant par le tournage en 2011.

Vous pouvez vous procurer ce beau documentaire qui parle d'un sujet aussi universel que la transmission  - et encourager la création - en cliquant ci-dessous

1.2.13

Jour de fête

Je dois l'avouer, certains jours, je suis une prof éhontément gâtée.

Ce matin, par exemple, j'ai rendez-vous avec Ingrid Milhaud - j'espère que le lecteur veut bien se souvenir d'elle - et, entre la tasse de café et les viennoiseries qui accompagnent rituellement le petit résumé de la semaine photographique de l'élève, surgissent comme par magie deux cadeaux magnifiques.

Je veux dire qu'ils sont magnifiques en soi mais aussi à mes yeux par ce qu'ils témoignent d'affectueuse attention.

Le premier est un très beau tirage 20x20 de la photo ci-dessous, signé, numéroté et tout :


© Ingrid Milhau 2011

C'est une image qui m'a tout de suite enchantée quand je l'ai vue, je pense, par cette adéquation subtile entre le sujet et le cadre et toute cette brise tiède qu'on peut sentir circuler dans l'espace central et qui semble faire flotter la jupe.
Sa réalisation est assez tardive dans la série L'été avant l'orage et elle est tout de suite devenue ma préférée.

Quand je dis que je suis éhontément gâtée, c'est que j'ai la chance de posséder déjà un tirage d'Ingrid, une image que j'aime également beaucoup, qu'elle m'avait offert en juin dernier lorsqu'elle a reçu le Prix du Paysage intérieur à la Foire de Bièvres et qui est accrochée à l'Atelier.

L'autre cadeau, très différent mais qui me touche aussi infiniment - parce que j'en avait envie depuis assez longtemps - est un passe-vue 6x6 sans verre ; sans verre, ça veut dire qu'on peut facilement l'altérer.

Et franchement, il est beau comme....une paire de Repetto !



Enfin, disons que ça m'a fait le même effet.

Et puisque j'y suis à vous parler d'Ingrid, je suis fière et heureuse de  vous annoncer que vous pouvez voir une partie de son travail chez Demi-Teinte* puisque nous partageons actuellement la même galerie à Paris ; ce qui est, comme vous pouvez facilement l'imaginer, une belle satisfaction pour toutes les deux.



* Demi-Teinte - 8 rue Mayran - 75009 Paris - M° Cadet. Du lundi au vendredi 9h-12h30 et 13h30 18h30