19.7.12

Cap au sud

Je vous souhaite de vraies belles vacances,
sensuelles et gaies,
ressourçantes.
 
Rendez-vous en septembre, si le cœur vous en dit.

13.7.12

Avignon - Exposition Sophie Calle

Ensuite nous allons passer quelques jours en Avignon chez des amis chers.
Impossible pour moi d'imaginer repartir sans aller voir l'exposition de Sophie Calle.
Il est très important pour moi de voir comment elle a fait face, comment elle s'est débrouillée, si je peux dire, devant ce drame, la  mort de sa mère.
Elle, en tant qu'artiste, confrontée à une perte presque aussi universelle que la mort inévitable de chacun d'entre nous.

Je vais pour voir sa réponse.
Je vais pour voir une réponse possible.



Et, tandis que j'y suis, je pense que c'est un travail, une installation, qui méritent beaucoup de respect.
En vérité, les mots me manquent mais si vous passez par là...

8.7.12

Arles - Les Rencontres Photographiques

Peut-être que j'avais imaginé un instant écrire durant notre séjour en Arles mais c'était certainement sans trop y croire puisqu'en fin de compte, nous sommes partis sans ordinateur - et encore bien assez chargés à mon goût.
En résumé, pour moi, Arles cette année, ça aura été avant tout une meilleure organisation que l'an passé ; en conséquence de quoi au lieu de rentrer épuisée et comme presque dégoutée de la photographie, j'ai pu faire avec entrain mon travail d'expert tout en ayant assez de temps et d'énergie pour profiter de la programmation et passer du temps avec des gens que j’apprécie. 

Côté Lectures de portfolios à Voies Off  j'ai eu de nouveau grand plaisir me livrer à cet exercice un peu délicat qui consiste à essayer d'aider quelqu'un dans sa pratique photographique en restant dans le cadre des 20 mn octroyées.
Comme nous l'avions demandé, nous n'avons vu aucune photo sur écran, chacun ayant joué le jeu en portant des tirages, et (ai-je eu de la chance ?) les travaux qui m'ont été soumis m'ont parus d'un niveau supérieur à celui des années précédentes, ce qui est forcément motivant.

Côté Rencontres photographiques beaucoup d'images vues et la plupart oubliées dans l'instant.

 Mon séjour en trois points forts :

Mercredi.
L'après-midi de notre arrivée l'exposition Gitans de Josef Koudelka.
Ce sont des photographies, une centaine, âpres de forme et de fond, qui ont envahi ma tête comme entrainées par une bourrasque et n'en sont pas reparties.
Je ne me rappelle pas de chacune en particulier mais l'impression est là, tenace.
Le noir, le blanc, le grain, le cadre.
Et toutes ces maquettes préparatoires pour des livres.
Ensuite, j'ai voulu aller l'écouter, nous avons fait la queue et nous étions assis si loin qu'on le voyait petit en bas mais c'était quand même un plaisir de l'entendre parler franc et digresser sans trop répondre aux questions.

Jeudi.
La vidéo de Sophie Calle.
Pas, à l'étage, les photos et les textes sur les aveugles, qui, c'est selon, touchent ou ne touchent pas et, quant à moi, me donnent la pénible impression que les photos ne servent à rien mais au rez-de-chaussée la vidéo.
Sur quelques écrans, juste ces gens qui voient la mer pour la première fois, presque rien et tout est là.
Superbe. 

Vendredi.
Se lever tôt pour la conférence orchestrée par Natasha Wolinski pour Antoine d'Agata.
Quelques sièges sous des arbres dans une petite cour intimiste et d'Agata à deux mètres.
De ces moments qui aident, qui éclairent, qui encouragent.
Et il me semble qu'il y a toujours d'un côté ceux qui parlent de l’œuvre d'un tiers, pour aussi brillamment que ce soit, et de l'autre, l'auteur qui parle de son propre travail ; pour un peu qu'il soit honnête, c'est une chance d'être là pour entendre.
C'était une chance d'être là.

Samedi.
Shopping.
Librairie Actes Sud, un livre, Le Mont Né de Jean-Michel Fauquet chez Filigranes Éditions et plus tard deux petits tirages anciens avec beaucoup plus de charme que de valeur.